- France Parkinson - https://www.franceparkinson.fr -

Comment l’entourage peut-il aider ?

Tout d’abord, les spécialistes s’accordent sur un mot d’ordre « il faut autant que possible laisser le malade effectuer le maximum d’activités sans pour autant sombrer dans l’indifférence ». Même si certaines activités prennent plus de temps que ne le souhaiterait l’entourage, il faut lui laisser le temps d’agir.

L’entourage peut apporter aide et soutien, que ce soit sur le plan affectif, moral voire financier. La famille, les amis, le conjoint, les enfants, les collègues de travail peuvent consacrer du temps, écouter, remonter le moral. De nombreux témoignages [1] l’attestent : parler soulage, et à plusieurs, il est toujours plus facile de trouver des solutions !

Des groupes de parole existent, renseignez-vous auprès de votre comité de bénévoles France Parkinson [2].

L’association propose aussi des activités spécifiques aux proches de malades [3].

Quelques conseils  

Le conjoint

Le/La conjoint(e) qui apporte son soutien à la personne malade endosse souvent le rôle d’aidant, il est considéré comme le pivot de la prise en charge [8].

En plus de l’aide qu’il offre pour les gestes de la vie quotidienne, le/la conjoint(e) est ainsi en mesure de donner un soutien moral d’une très grande importance pour le malade suite aux fluctuations, à l’intensité des symptômes, ….

Il est donc essentiel que le/la proche : 

NB : L’aidant a parfois droit à des aides financières. Il faut se renseigner auprès du Centre communal d’action sociale (CCAS) ou de la Maison départementale du handicap (MDPH).