- France Parkinson - https://www.franceparkinson.fr -

Paru dans les DNA édition de Saverne….

A Saverne, de la gym douce contre la maladie de Parkinson!

Trois mardi par mois, la salle d’animation “long séjour “de l’hôpital de Saverne, accueille des malades atteints de Parkinson- ou d’autre maladie neurodégénératives- pour une heure de Qi Gong. La pratique de cette gymnastique chinoise est adaptée à leurs pathologies et vise à ralentir la progression des symptômes. Ecouter son corps, le faire travailler en douceur pour mieux en comprendre les faiblesses.
Travailler la posture
« Nous focalisons les exercices sur les spécificités de la maladie ». Parkinson est une maladie neurodégénérative qui entraîne des tremblements incontrôlés, des raideurs, mais aussi une constipation chronique. « Travailler sa posture est également très important, souligne Olivier Hebting. Les personnes qui souffrent de Parkinson finissent toutes par être voûtées. »

Les participants, attentionnés, suivent les conseils d’Olivier Hebting. « Je leur fais toujours faire des exercices simples, afin qu’ils puissent les refaire chez eux sans difficulté. Le Qi Gong travaille également sur la respiration et l’attention. Les patients apprennent à s’écouter, ils deviennent plus attentifs à leur situation et à leurs problèmes. C’est important parce que le malade est toujours le mieux informé », insiste le praticien.
Ouvert aux autres pathologies
A sa droite, Martine Raillard a suivi la séance avec assiduité. Le Parkinson de son mari, Michel, également présent, a été diagnostiqué il y a huit ans, depuis, elle mène la fronde pour que lui et les autres – cette année le cours de Qi Gong ainsi que celui de gym adapté sont ouverts aux malades souffrant d’autres pathologies – bénéficient d’activités de ce type.

« Les cours sont ouverts aux aidés et aux aidants », précise la déléguée de France Parkinson 67 pour le secteur de Saverne. L’association propose également des séances de gym adaptée les mardis matins, mais également de la sophrologie (technique de relaxation) et un groupe de parole le jeudi.
A cela, il faut encore ajouter la chorale adaptée, fruit d’un partenariat avec l’école de musique de Saverne et ouverte, les lundis après-midi, à tout le monde.
Limiter les traitements
Le sport, et le Qi Gong au premier plan, apporte « une alternative qui permet de limiter les traitements dont les effets secondaires sont très lourds ». Et de rappeler qu’on ne guérit pas de Parkinson, qu’on sait juste en traiter quelques symptômes.

Déjà bien occupée par toutes ces activités, auxquelles elle participe avec son mari, elle aimerait aller encore plus loin. « J’aimerais que ces activités aient lieu au cœur de l’hôpital. C’est déjà très bien qu’ils nous accueillent ici… » mais ce dont Martine rêve, c’est d’un « centre de prévention de la dépendance » dans l’hôpital de Saverne. « J’en avais parlé à l’ancien directeur, je vais en parler à la nouvelle directrice», promet-elle.