- France Parkinson - https://www.franceparkinson.fr -

Journée mondiale Parkinson à Lyon – 13 avril 2019 : Conférences à l’université Claude Bernard, Lyon 1, amphi A du batiment J.F. Cier

[1]

 

Notre journée mondiale a connu cette année un franc succès : plus de 400 personnes ont rempli les gradins du grand amphi de la faculté de médecine.

 

 

Il s’agissait tout d’abord [2]de rendre hommage au Professeur Broussolle, créateur du centre expert Parkinson à l’hôpital neurologique , et à ses nombreux travaux sur la maladie de Parkinson.

Au nom de tous , notre responsable régionale, Christiane Gachet a adressé  un émouvant au revoir au Professeur au moment où il part à la retraite. Elle lui a remis, au nom de France Parkinson, un chèque cadeau pour une bonne table lyonnaise.

[3]La Chorale de l’atelier de musicothérapie, renforcée par des élèves orthophonistes de Claire Gentil, fidèle animatrice de la musicothérapie,  a ouvert la réunion avec deux chants , le dernier couplet arrangé en remerciements au Professeur Broussolle.

 

Première conférence : le professeur Broussolle nous fait revivre la création du centre expert jusqu’à nos jours . Il insiste sur la collaboration qui dès le début s’est installée entre le centre et l’association France Parkinson.

Deuxième conférence : le docteur Danaila explique le rôle et les attributions actuelles du centre ;

Dernière conférence : le Professeur Thobois fait un point sur la recherche et répond aux questions de l’assistance.

Avant ces conférences médicales, en première partie de réunion, le délégué du Rhône et ses suppléants avaient donné les grandes orientations du comité pour la saison à venir et présenté , sous la forme d’un diaporama, les œuvres artistiques d’adhérents : photographies de Thierry Peyronny, peintures d’Isabelle May, brochure sur les ponts de Lyon de Gérard Vacher et Bernard Girardon, sans oublier , véritable défi qu’elle s’est lancée à elle même, le saut en parachute de Myriam Davelu. (voir extrait diaporama [4])

Myriam qui justement mettait fin à cette partie par un slam poignant ( Voir la vidéo [5]) , magnifiquement écrit sur son rapport avec la maladie (Voir les paroles [6]).

Gérard Browne