COVID 19 et Maladie de Parkinson

Est-ce que les malades de Parkinson sont plus à risque avec le covid-19 ?

Selon Philippe Damier, neurologue au Centre Expert Parkinson à Nantes, les personnes vivant avec la maladie de Parkinson ne sont pas plus à risque avec le Covid-19.

Par contre, les conséquences de l’infection par le virus Covid-19 peuvent être, comme pour tout le monde, graves chez les patients atteints infections pulmonaires ou de toute maladie concomitante. Les conséquences potentielles sont bien sûr variables selon le stade de la maladie, l’âge et les éventuelles maladies concomitantes.

Un(e) patient(e) de moins de 70 ans, en bonne forme et avec un bon contrôle de la maladie par le traitement n’a probablement pas un risque de complications très différent d’une personne du même âge sans maladie.

Il est donc nécessaire de prendre les précautions nécessaires et de respecter les mesures imposées par le gouvernement (limiter les contacts, se laver les mains le plus souvent possible etc…) »

Quels types de personnes sont considérées comme fragiles ?

Le Haut Comité de Santé Publique considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

  •  les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer sous traitement.
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
  • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
  • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
  • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
  • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement,
  • les malades atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2)
  •  les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse.

Lien : https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles

Partager la page :