B

Les aides financières

Retour

Accueil > Vos droits > Les aides financières > L'allocation aux adultes handicapés

L'allocation aux adultes handicapés a pour but de procurer aux handicapés des ressources minimum.

Qui a droit à l'AAH ?

Elle est attribuée à la condition d'être reconnu handicapé à 80% par la CDAPH. Elle est aussi attribuée aux personnes dont le taux de handicap est compris entre 50 et 79 %, à qui la CDAPH reconnaît qu'elles sont dans l'impossibilité de se procurer un emploi en raison de leur handicap.

Il convient donc de s'adresser à la maison départementale des personnes handicapées MDPH. (retrouvez celle de votre département ici) La décision est généralement valable pendant 5 ans. Dans des cas exceptionnels, elle peut être valable pendant 10 ans.

Une autre condition pour en bénéficier est d'avoir de ressources inférieures à un plafond. Ce plafond est actuellement de 8.359,56 € par an pour une personne seule, de 16.719,12 € pour un couple. A ces sommes, on doit ajouter 4179,78 € par enfant à charge.

Il faut noter que les allocations familiales et certaines autres prestations sociales ne sont pas comptées dans les ressources prises en considération pour vérifier si les ressources sont inférieures au plafond.

Quel est le montant de l'AAH ?

L'AAH est une allocation différentielle. Cela veut dire que son montant, qui est au maximum de 693,63 € par mois depuis le 1er avril 2010 et de 711,95 € au 1er septembre 2010, est réduit selon les revenus. Les revenus du travail sont pris en compte, mais seulement pour une partie, variant de 60 à 90 % de leur montant, pour calculer la somme réellement versée au titre de l'AAH.

L'AAH est une allocation subsidiaire, c'est-à-dire que priorité est donnée, si la personne concernée y a droit, à une pension d'invalidité, une rente accident du travail, une retraite. Elle cesse d'être versée lorsque le bénéficiaire atteint l'âge de 60 ans, un avantage vieillesse lui est alors substitué. Si le montant de l'AAH était supérieur à celui de l'avantage vieillesse, une allocation différentielle peut continuer d'être versée.

Le montant de l'AAH est réduit, ou son versement est suspendu, si la personne bénéficiaire est hospitalisée ou si elle est admise dans un établissement médico-social pendant plus de 60 jours.

L'AAH, une fois que la CDAPH a décidé de son attribution, est versée par la CAF, ou par la caisse de MSA. C'est à ces caisses que revient le calcul du montant précis. Elle est payée au terme à échoir, c'est à dire au début du mois pour le mois qui commence.

L'AAH n'est pas imposable, ni soumise aux cotisations de CSG et de RDS.

Les personnes qui reçoivent l'AAH au taux maximum peuvent bénéficier de compléments, si elles vivent dans un logement indépendant. Ces compléments, qui s'intitulent complément de ressources ou majoration de vie autonome, selon les cas, ne sont pas automatiques, il faut les demander à la caisse qui verse l'AAH.

Le bénéfice de l'AAH permet aussi d'être exonéré de la taxe d'habitation, ce qu'il faut demander à son centre des impôts, et de bénéficier d'une tarification sociale du téléphone, pour laquelle il faut s'adresser à France-Télécom.

Retour en haut de la page